Emotion, Suspense, Aventure, le cinéma autrement

TEXTES DE L’ODYSSEE


edito : L'Odyssée, Carrefour des Cinémas d'Europe

Le Cinéma autrement

Cette année est l’année du centenaire d’une salle prestigieuse qui a ouvert en décembre 1913 avant de fermer, faute de rentabilité, en 1987 puis de rouvrir en 1992 sur la base d’un projet culturel européen et alternatif élaboré par les RCA et adopté par la Ville de Strasbourg. Du coup, c’est la renaissance d’un cinéma miraculé de la vie et porté par une ligne éditoriale indépendante et affranchie des lois du marché. L’espace de manœuvre de l’Odyssée est donc plus ténu et marginal certes, mais aussi complémentaire par rapport au modèle économique dominant. C’est le sens de l’accord passé avec UGC Ciné-Cité qui permet aux détenteurs de la carte UGC Illimité d’accéder à la programmation de l’Odyssée.

Avec l’arrivée du printemps, les publics de l’Odyssée pourront, du 19 mars au 23 avril, parcourir les territoires du cinéma autrement en découvrant les films de la 24e Quinzaine du cinéma espagnol et latino-américain et les réalisations venues de Russie tout aussi remarquables. A noter particulièrement les deux superbes films de Karen Shakhnazarov et ceux d’Alexandre Sokourov.

Par ailleurs, nous préparons plusieurs initiatives pour célébrer le centenaire de l’Odyssée, qui seront rendues publiques dès le 24 avril.

Une fois de plus, le cinéma autrement à l’Odyssée avec des films plein les yeux, le cœur et l’esprit !


Comité d'Honneur de l'Odyssée

En reconnaissance de l’action européenne menée par l’Odyssée, un Comité d’Honneur s’est constitué pour soutenir le travail entrepris par les RCA.

Nous avons le plaisir et l’honneur de communiquer la liste non exhaustive des Ambassadeurs, Représentants Permanents de leur pays au Conseil de l’Europe, qui ont adhéré à ce Comité :

la Bulgarie : Monsieur Yuri Sterck
l’Espagne : Monsieur Estanislau De Grandes
la Finlande : Madame Ann-Marie Nyroos
la France : Monsieur Gilles Chouraqui
la Géorgie : Madame Lana Gogoberidze
la Grèce : Monsieur Constantin Yerocostopoulos
l’Italie : Monsieur Pietro Lonardo
le Luxembourg : Monsieur Ronald Mayer
les Pays-Bas : Monsieur Johannes Landman
la Pologne : Monsieur Krzysztof Kocel
le Portugal : Monsieur Paulo Castilho
la République de Hongrie : Monsieur Zoltan Taubner
la Roumanie : Monsieur Gueorgue Magheru
la Russie : Monsieur Alexandre Orlov
la Serbie-Monténégro : Madame Sladjana PRICA
la Suisse : Monsieur Jean-Claude Joseph
la Turquie : Monsieur Daryal Batibay

Ce soutien honore l’équipe de l’Odyssée plus déterminée que jamais à poursuivre son engagement au service des cinématographies d’Europe, conformément à la vocation européenne de Strasbourg. Que tous ceux qui ont adhéré à cette initiative en soient chaleureusement remerciés !




LES AVENTURES EXTRAORDINAIRES DE L'ODYSSEE AU PAYS DES...

Lettres du Directeur de l'Odyssée

Les Tontons Flingueurs

E"Des sous pour le Star, deux mois de rab pour l'Odyssée"... C'est le titre qu'a cru devoir donner un journaliste à l'article rendant compte du Conseil Municipal de Strasbourg du 24 Octobre 2011 et annonçant la prolongation de 2 mois jusqu’au 31 Décembre du mandat de l’Odyssée. Rappelons pour ceux qui ne maitriseraient pas les subtilités raffinées et élégantes de cette façon de parler [la langue de San Antonio] que le "rab" est un supplément qui s'obtient gratuitement, en quelque sorte une affaire juteuse, petite peut-être mais affaire juteuse tout de même.

Chacun est libre de considérer les affaires culturelles cinématographiques comme il veut ou comme il peut. Nous tenons cependant, dans un contexte où les coups bas se ramassent à la pelle, à préciser les choses et à mettre les points sur les "i". La décision de la Ville concernant le renouvellement de la Délégation de Service Public (DSP) portant sur le cinéma aujourd'hui appelé Odyssée devait être prise fin Juillet 2011, elle fut repoussée à fin Août 2011, puis à fin Octobre 2011; en définitive la décision devrait être prise le 8 Décembre prochain. Nous n'avons pas à commenter ces reports.

Il n'y a cependant pas besoin d'être un génie pour comprendre que cette cascade de reports est stressante pour tous les candidats en lice et qu'elle place l'équipe actuellement en charge de l'Odyssée, c'est à dire notre association "Les Rencontres Cinématographiques d'Alsace", dans une situation de direction et de programmation de l'activité extrêmement pénible en l'obligeant à naviguer à vue. Par ailleurs, disons le tout net, ces deux mois de prolongation jusqu'à fin Décembre représentent une difficulté supplémentaire dans la mesure où cela nous empêche d'envisager la préparation d'une saison complète. Si on veut bien ajouter à ces difficultés toutes les spéculations plus ou moins biens intentionnées et les tentatives de polémiques possibles que certains vont probablement chercher à entreprendre, ce "rab"-là n'est certainement pas un cadeau.

Par contre pour le public de Strasbourg cette situation offre la possibilité de continuer à voir une programmation fondée sur l'Europe et la diversité cinématographique. C'est bien d'ailleurs la raison pour laquelle nous acceptons cette prolongation, pour satisfaire la mission de service public menée depuis 19 ans maintenant.

Tout est critiquable et l’on peut rire de tout notamment pour ce qui nous concerne. Mais tout de même, ne peut-on attendre que, dans le domaine de la culture, les actions et les éventuelles hostilités s’expriment avec un minimum d'égard au moins pour les efforts consentis et les difficultés rencontrées ? Autrement dit, personne ne devrait se sentir obligé de jouer un mauvais remake de « Pendez-les haut et court » ou « Règlement de comptes à OK Corral »… ou encore « Les Tontons Flingueurs ».

Venir parler de "rab" est donc totalement déplacé, particulièrement dans une ville qui s'affiche aux couleurs de la Culture, de l'Europe et de l'Humanisme. En bon français, un minimum d’égard cela s'appelle un peu de tenue. Alors Mesdames et Messieurs les apprentis flingueurs ou candidats bourreaux, un peu de tenue s'il vous plaît! Pour notre part, nous appelons tous les amis de l'Odyssée à manifester et à exprimer leur soutien à l'équipe de l'Odyssée et à son travail.

Faruk GÜNALTAY
Directeur Programmateur pour l’équipe de l’Odyssée
en "rab" jusqu'au 31 Décembre.

cinemaodyssee@gmail.com


De l'art d'abaisser la note ...de l'Odyssée

Bel exercice que celui auquel se livrent les agences de notation sur la situation économique de divers pays dans le monde. Aucun n'y échappe. Rien d'étonnant alors qu'on nous affirme que même la France, effectivement bien fragile aujourd'hui, risquerait de se voir à son tour avertie, blâmée voire punie.

C'est ainsi, il est dans l'air du temps de s'adresser à des experts qui donnent les cautions d'indépendance, d'impartialité et d'objectivité mises si souvent en avant quand une décision délicate est à prendre: "le spécialiste estime..., le spécialiste pense que..., donc suivons l'avis du spécialiste !" L'on a vu les ravages commis dans certains prétoires par de prétendus psychologues qui expliqueront, ensuite, que leurs erreurs d'appréciation étaient dues à des rétributions insignifiantes...

Le Cinéma Odyssée, dont la convention qui lie la ville et l'association des Rencontres Cinématographiques d'Alsace (RCA) s'achève le 31 octobre, n'échappe pas à la règle, une étude sur sa gestion ayant été réalisée par un cabinet privé. Là les honoraires ne sont pas négligeables puisque, il faut le savoir, les services apportés par ces spécialistes coûtent cher, très cher. Pourquoi, déjà, ne pas s'être adressé, pour obtenir un tel rapport à de meilleures conditions, à notre administration municipale? Ne rassemble-t-elle pas assez de personnes valables et intègres pour assurer cette tâche? Elle a en outre l'avantage de connaître très bien le dossier. Ayant présidé à l'élaboration du cahier des charges, elle est à même de dire s'il n'est pas nécessaire de le faire évoluer. Connaissant toutes les composantes du paysage cinématographique strasbourgeois, elle sait, parmi les trois prétendants à la reprise, distinguer celui qui est réellement indépendant de structures commerciales existantes, celui qui tient avant tout à projeter des films dont le but n'est pas d'enrichir certains magnats de la pellicule, celui qui veut travailler avec les associations et cherche à développer chez tous les spectateurs, mais auprès des jeunes en particulier, un véritable esprit critique.

Mais revenons en arrière. Il y a 20 ans joli symbole que cette offre de Faruk Gunaltay, directeur de l’Odyssée, de faire coïncider l'ouverture du cinéma Odyssée le 25 septembre 1992 avec une Quinzaine du Cinéma Grec. C'est avec enthousiasme que nous avons accepté de nous lancer dans cette aventure qui nous a permis d'être parties prenantes lors de l'élaboration de cette première manifestation et des 19 autres qui se sont déroulées depuis. En effet, et c'est cela qu'il faut souligner, il n'existait jusqu'alors aucune possibilité de voir, dans notre ville, d'autres films que ceux qu’une simple exigence commerciale conduisait à projeter. Nous ne pouvions pas imaginer à ce moment-là qu'une telle lacune méritait autant d'être comblée et qu'en 2010 ce seraient 71 structures et associations qui seraient partenaires de l'Odyssée. Regrettons au passage que le rapport d'évaluation ait retenu deux témoignages sur "la difficulté, voire l'impossibilité de travailler avec l’Odyssée" mais que l'on ait omis de mentionner la satisfaction de dizaines d'autres ravis de disposer d'un interlocuteur à leur écoute.

Il est bien sûr par ailleurs toujours possible d'affirmer que le succès d'un lieu culturel passe d'abord par sa fréquentation. En cela, à regarder les chiffres, l'Odyssée pèche par une baisse du nombre de spectateurs. Mais sachons raison garder et relativiser ces résultats. Parmi les 190 films grecs projetés en 20 ans à l'Odyssée, c'est sur les doigts des deux mains que doivent se compter les productions qui ont bénéficié d'un article ou d'une critique dans les journaux français. Est-ce à dire que ces films ne valent rien parce qu'ils ne disposent pas de l'appui publicitaire accordés aux grands majors de l'industrie cinématographique dont le public se mesure en millions d'entrées? Au demeurant ce silence de la critique est un élément d'explication de la méconnaissance de ce type de cinéma et de son manque de public. Réjouissons-nous plutôt de la forte croissance du nombre de jeunes scolaires fréquentant ce cinéma. Ils y trouvent le plaisir de voir les grands classiques, les chefs d’œuvre, fondement nécessaire d'une culture de l'honnête homme, mais ils peuvent ainsi, sous l'égide de leurs professeurs, y trouver matière à acquérir puis à aiguiser leur esprit critique.

Cependant le principal reproche porte sur le trop grand nombre de séances qui multiplie les coûts de fonctionnement et qui fait baisser à 12 la moyenne de spectateurs par séance, moyenne qui s'établit à 29 spectateurs par séance pour les multiplexes dont les sorties de films sont pourtant saluées par le matraquage publicitaire de tous les médias. Après ce triste constat nous attendions que le cabinet d'experts apporte une réponse à notre angoisse. La solution, la voilà véritablement innovante et indiscutable: «Supprimons des séances (ce qui signifie d'abord, on l'aura bien compris, supprimons des emplois) et cela coûtera moins cher au contribuable". Contribuable dont on oublie là encore qu'il met la main à la poche, d'une part quand il paie ses impôts, d'autre part quand il prend son ticket de cinéma. En retour ne serait-il pas en droit de voir des films aux horaires qui lui conviennent? Dans le même souci de meilleure gestion pourquoi ne pas recommander à la CTS de faire circuler bus et tram exclusivement de 6h à 8h, de 12h à 14h, et de 17h à 19h? Cela réduirait le nombre de rames, augmenterait la moyenne de voyageurs et diminuerait les frais de fonctionnement!!! Bravo pour les économies réalisées, tant pis pour les chauffeurs mis au chômage et pour les usagers qui, s’ils ne sont pas libres à ces horaires-là, n'ont qu'à aller à pied.

On l'aura bien compris, la décision qui sera prise lors du prochain conseil municipal ne porte pas seulement sur l'avenir de l'Odyssée. Elle est également significative de la manière dont on entend traiter le citoyen aujourd'hui à Strasbourg. N'est-il qu'un individu à la merci d'un système marchand? Doit-il avant tout se plier à une règle d'or quitte à ce qu'elle le transforme en un être médiocre qui ne pourra se prévaloir que de la culture de tout le monde ? Ou bien considère-t-on qu'il est un véritable partenaire s'appuyant sur les structures existantes comme l'Odyssée, respecté par les instances qui y oeuvrent et dont il attend qu’elles le fassent réfléchir et progresser?

Jacques Gratecos
Jean-Claude Schwendemann, Président de l'association Alsace-Crète


L’Odyssée : les hauts et les bas ?

Depuis un an, dès qu’il s’agit de l’Odyssée, les coups fusent, de toutes parts, en venant surtout d’en bas. Le contexte est connu : le renouvellement de la Délégation de Service Public de ce lieu prévu pour le 1er novembre 2011.

En octobre 2010, un article des DNA annonçait un audit qui n’était en réalité qu’un rapport d’évaluation, procédure normale avant tout renouvellement de DSP.

Voici que ce rapport d’évaluation, qui ne nous a jamais été communiqué, a été envoyé à un journaliste des DNA. Quelques extraits de ce rapport ainsi que 2 témoignages ont été publiés le dimanche 2 octobre 2011 dans un article intitulé « Où va l’Odyssée ? »

La diffusion de ce rapport au moment où le Maire va rendre publique sa décision a-t-elle pour but d’informer ou de faire pression ? La question peut se poser et nous la posons.

Car les informations rapportées sont pour le moins incomplètes pour ne pas dire inexactes, voire « inappropriées » (expression à la mode). Qu’on en juge.

Le personnel d’encadrement aurait des rémunérations « bien supérieures » aux minima conventionnels. L’éventail des salaires à l’Odyssée varie entre 1000 et 2100 euros.

L’Odyssée ferait trop de séances pour peu de spectateurs alors qu’une salle nantaise à écran unique ferait 35000 spectateurs pour 872 séances soit 40 spectateurs par séance ! Un multiplexe de 23 écrans avec environ 50000 séances par an fait environ 1,6 millions d’entrées soit 36 spectateurs par séance. Tous les multiplexes de France devraient donc réduire leur nombre de séances et de salles ! Quelle bêtise. En réalité cette salle nantaise n’a pratiquement pas de contraintes de programmation, ce qui n’est pas le cas de l’Odyssée. Ces contraintes établies en 1992 n’ont pas changé depuis, ce qui explique le resserrement de la fréquentation en termes de billetterie CNC vendue. Cette diminution des entrées avec billetterie CNC est partiellement compensée par des entrées avec billetterie à souche pour des films non distribués en France. Les entrées sont donc d’environ 61000 entrées. Il n’est pas très élégant ni très convenable de retourner contre l’Odyssée la transparence et la précision de ses bilans d’activité. A moins de faire un remake des « Tontons Flingueurs ».

Une autre affirmation à l’emporte-pièce stipule « la difficulté, voire l’impossibilité de travailler » avec l’Odyssée, selon deux témoignages. L’un vient du producteur de « Poésie Protestante » programmé à l’Odyssée le dimanche 29 mai 2011 avec 23 entrées payantes, l’autre d’un réalisateur estimable qui était il y a 19 ans membre actif de l’association non retenue par la Ville de Strasbourg pour la direction et la programmation de ce lieu que nous, l’équipe choisie, avons appelé l’Odyssée. Nous ne voulons pas croire que ces témoignages puissent être portés par une quelconque rancune personnelle. En réalité nous avons établi en 2010 un partenariat avec 71 structures et associations.

Quant aux Quinzaines européennes pour lesquelles « hormis la soirée inaugurale il n’y a personne », le constat est évidemment totalement inexact, les spectateurs des autres séances jugeront par eux-mêmes. Peut-être s’agit-il d’un amer aveuglement lié au fait de prendre ses désirs pour des réalités…

Enfin pour ce qui concerne le Pôle Images (qui s’occupe de formation audiovisuelle) soit-disant ignoré par l’Odyssée, quel renversement des rôles. L’Odyssée, pourtant partenaire de l’unique section cinéma-audiovisuel de Strasbourg, celle du Gymnase Jean Sturm, participe à la réalisation de 10 films audiovisuels par an. Il est donc risible de se voir reprocher d’être exclus par ceux-là même qui vous ignorent superbement !

En définitive que c’est triste un monde avec tant de haines et de coups bas.

On l’aura compris l’objectif pour ceux qui téléguident ces polémiques (et que nous ne connaissons pas) n’est pas d’informer mais bien de liquider notre équipe.

Alors élevons le débat et suggérons à ces braves âmes des angles d’attaque supplémentaires :

« - L’Odyssée un cinéma qui assure la baisse des spectateurs et la hausse des salaires » !

« Un cinéma dont on ne connait jamais les films. Un cinéma où il faut toujours lire sur l’écran » !!

« L’Odyssée un lieu où il y a toujours de la place et où l’on ne fait jamais la queue » !!!

« L’Odyssée, plus de 400 films, plus de 10 ciné-clubs, 71 partenaires, mais qui ne travaille avec personne » !!!!

« L’Odyssée un cinéma qui passe des films inconnus et qui le restent. » !!!!!

Alors prenons un peu de hauteur, comme Cyrano de Bergerac : « On aurait pu dire ma foi mille choses en somme, mais de lettres vous n’avez que les trois qui forment le mot sot ».

Remercions le ciel car en d’autres temps cela aurait été la chasse aux sorcières voire un lynchage pur et simple. Mais nous sommes à Strasbourg. Une ville attachée aux valeurs humanistes, européennes et culturelles, n’est-ce-pas ? Pour ce qui nous concerne, nous continuerons, aussi longtemps que l’on nous le permettra, d’être le reflet des sans-images et la voix des sans-voix.

Faruk GÜNALTAY
Directeur Programmateur pour l’équipe de l’Odyssée


Remerciements

Mesdames, messieurs, cher(e)s ami(e)s,

Je tiens à vous remercier du fond du cœur pour les messages de soutien et de solidarité que vous avez bien voulu m’adresser.

Vos messages me sont parvenus de toute part. Ils ont réuni dans un même battement de cœur aussi bien des Ambassadrices et des Ambassadeurs auprès du Conseil de l’Europe et des Consuls à Strasbourg, que des élus politiques, des responsables du monde de l’éducation, des collègues enseignants, des responsables et des acteurs de la vie culturelle de Strasbourg, des responsables d’associations, des amis, mais aussi des personnes que je n’ai pas encore la chance de connaitre. C’est donc au nom du protocole de l’amitié que je me permets de vous répondre à vous toutes et à vous tous, en sollicitant votre bienveillante indulgence pour cette réponse commune destinée à chacun.

Les faits sont clairs. Il ne s’agit pas seulement d’une affaire de tags racistes mais bien d’un incendie criminel délibérément provoqué et qui aurait pu avoir des conséquences tragiques. Si cela n’a pas été le cas, c’est grâce à l’intervention de voisins à 2h30 du matin qui nous ont alertés et réveillés et qui nous ont sauvé la vie, à ma fille et à moi. C’est la preuve sensible, toute simple et très humaine que la solidarité peut empêcher le crime !

La signature de cet attentat est néonazie, il reste à déterminer quels en sont les rédacteurs et qui sont les auteurs qui l’ont inspirée. Mais le message est clair : « pas de place pour tous ceux d’une autre origine surtout s’ils revendiquent l’intégration et le respect mutuel de la dignité humaine ». Message xénophobe et raciste qu’il faut dénoncer toujours et partout pour éviter la banalisation du mal.

Il est bien-sûr tout à fait déplorable et condamnable que cela se passe à Strasbourg en France car à mes yeux ce qui est visé à travers un individu c’est l’activité de l’Odyssée, une activité ouverte sur la découverte des horizons culturels du monde entier à commencer par les multiples horizons européens. Ce qui est tout à fait en conformité avec les valeurs culturelles du Conseil de l’Europe ainsi qu’avec les valeurs de Liberté, d’Egalité et de Fraternité qui sont le fondement de la République Française.

Je peux vous affirmer que je n’ai aucun sentiment de peur, simplement du dégout et de la révolte face à ces pratiques de haine. Je peux surtout vous assurer qu’avec l’équipe de l’Odyssée nous continuerons l’action entreprise avec autant de détermination que de sérénité, nous continuerons à être ce que nous sommes et à faire ce que nous faisons.

Je suis persuadé que les discours de haine, de xénophobie, de racisme et de discriminations n’ont pas d’avenir même s’ils peuvent provoquer des destructions individuelles et occasionnelles. Mais rien de digne, d’humain et de durable ne peut se construire sur ces fondements là. Ce qui importe le plus, donc, c’est de vivre debout, sans courber l’échine, dans le respect et la défense de la dignité humaine et des valeurs partagées de fraternité, de solidarité et de générosité. L’humanité a plus d’avenir que la bestialité.

L’incendie criminel s’est déroulé dans la nuit du 20 au 21 septembre, à quelques jours près, 18 ans après l’ouverture de l’Odyssée, le 24 septembre 1992 ! J’aurais bien-sûr préféré célébrer d’une autre manière cet anniversaire mais fort du soutien manifesté par vous toutes et vous tous, nous allons, je l’espère, faire vivre à l’Odyssée, avec sérénité et énergie, une jeunesse résolument fraternelle pour servir la création cinématographique, le dialogue des cultures et découvrir à travers l’apprentissage de l’autre, de tous les autres, ce qui en définitive est susceptible de nous réunir tous dans l’intelligence du cœur et de l’esprit.

Plus que jamais le si beau poème de Nazim Hikmet « La légende des légendes » est à l’ordre du jour :

La plus belle des mers est celle dans laquelle l’on ne s’est pas encore baigné Les plus beaux de nos jours sont ceux que l’on n’a pas encore vécus.

A vous toutes et tous, chers amis, Avec toute mon amitié,

Faruk GÜNALTAY
Directeur Programmateur pour l’équipe de l’Odyssée


Drôle de Drame

Lettre aux amis de l’Odyssée et aux autres

Dimanche 10-10-2010 (tout un programme !), 2 journaux, Le Monde et les DNA. Dans l’édition dominicale du Monde, en page 3, un article où il est question du directeur de l’Odyssée en raison d’une actualité, disons, brûlante dans laquelle il a joué le rôle de caisse de résonance. Dans les DNA, du même jour, en première page de la page locale, un article consacré à l’Odyssée et à son directeur intitulé « L’Odyssée à la loupe ».

Le fait d’être à la croisée d’un large éventail de préoccupations si différentes est le signe d’une certaine vitalité de l’Odyssée.

- L’Odyssée à la loupe ! Diable, Holmes, y aurait-il anguille sous roche ?

- Voyons voir, mon cher Watson, voyons voir... Ce qui est indiqué comme un audit est en réalité une étude d’évaluation commandée par la Ville de Strasbourg dans le cadre de la procédure normale de renouvellement (tous les 6 ans) de la Délégation de Service Public prévue pour novembre 2011. En 2004 déjà, une telle étude avait été réalisée. Cette nouvelle étude, qui nous a été annoncée en juillet dernier par Daniel Payot, Adjoint à la Culture, devra examiner si le cahier des charges actuel est respecté et s’il est encore d’actualité ou s’il mérite d’être réélaboré. Il n’y a donc vraiment pas de quoi fouetter un chat, d’autant que depuis 18 ans la gestion financière de l’Odyssée est vérifiée par un Commissaire aux Comptes assermenté.

- Alors pas d’anguille sous roche, Holmes ?

- Des problèmes peut-être, mon cher Watson :

Le gros problème serait le chiffre 11. 11 spectateurs par séance à l’Odyssée. Chiffre isolé, lancé en pâture au journaliste des DNA dont il n’y a absolument pas lieu de contester la démarche puisqu’il a eu la correction professionnelle de téléphoner à l’Odyssée par souci de vérification. Mais chiffre isolé qui peut conduire à des insinuations tendancieuses ou malintentionnées.

- Mais 11, tout de même, Holmes !

- Ce chiffre est une moyenne abstraite. Il est en réalité de 11,47. Il résulte d’un calcul simple, division du nombre total de spectateurs payants par le nombre de séances. Pour être complet, il convient d’appliquer le même calcul à toutes les salles pour qu’il y ait une comparaison honnête.

Faisons donc ce calcul en comptant 5 à 6 séances quotidiennes par jour et par salle. Coupons la poire en deux et comptons 5,5 séances par jour et par salle (en incluant les séances scolaires). Cela donne en ordre de grandeur 22,08, 15,24, et 18,83 spectateurs par séance pour les cinémas du centre-ville de Strasbourg et 36,81 et 29,80 spectateurs par séance pour les deux multiplexes.

- Mais Holmes, la subvention alors ?

- Moins de 24% du chiffre d’affaires de 691000€ en 2009. Autrement dit, les 160000€ consentie par la Ville permettent de développer une activité culturelle d’une valeur de 691000€, avec au passage, 12 emplois à temps plein. La culture, source d’emplois, Watson ! Il ne faut pas l’oublier, il ne faut vraiment pas l’oublier.

- Mais alors, Holmes, quel est le problème ?

- Elémentaire mon cher Watson, il faut beaucoup plus aller au cinéma, dans toutes les salles, et ne pas télécharger illégalement les films.

- Cependant Holmes, un problème peut-être à ne pas travailler suffisamment avec les associations locales ?

- Voyons-voir, mon cher Watson :

L’Odyssée, en 2009, a travaillé avec 15 associations locales et plus de 20 partenaires officiels.

- Mais alors Holmes ! Je n’y comprends plus rien. Problème ou pas problème ?

- Elémentaire, mon cher Watson, oui et non !

Non si l’Odyssée est cédé au secteur privé, oui si l’Odyssée est géré dans le cadre d’une association à but non lucratif avec des obligations de programmation destinées à compléter les déséquilibres en termes de diversité culturelle, engendrés par le marché. Dans ce cas, il faudra actualiser le cahier des charges et définir les obligations de programmation en tenant compte des réalités. Un exemple, quel peut être le sens de ne pas programmer à l’Odyssée des films inédits avant un délai de 6 mois après le dernier jour d’exploitation dans une salle privée de Strasbourg alors que les mêmes films sortent en DVD trois mois après leur sortie en salle.

Mais tout problème a sa solution, nous sommes bien placés pour le savoir, mon cher Watson.

- Pas d’anguilles sous roche, des problèmes qui n’en sont pas vraiment puisqu’ils relèvent de choix de politique culturelle en matière de cinéma. My God, Holmes, serions-nous sur une fausse piste ?

- Elémentaire, mon cher Watson…

A partir de cet instant le dialogue entre nos compères devient inaudible. Silence.

Profitons de cet ange qui passe pour dire à tous que la balle est désormais dans le camp de la Ville de Strasbourg. Il appartient aux élus de fixer leur priorité. Il convient d’attendre avec sérénité et sans excitation inutile.

Aux amis de l’Odyssée nous disons que l’Odyssée, aussi longtemps qu’elle le pourra, continuera à être dans le domaine du cinéma l’une des voix des sans-voix et le reflet de ceux dont l’image est effacée par les lois du marché. Nous les appelons à nous soutenir.

Aux autres, à ceux qui nous aiment différemment nous leur disons que la vie est trop courte, ne tenant qu’à un fil ténu et fragile, pour la gaspiller par des polémiques inélégantes et malintentionnées si dérisoires au regard des défis auxquels notre époque est confrontée. Sans rancune !

En attendant allez au cinéma dans toutes les salles de Strasbourg. Vous pourrez peut-être voir ou revoir Drôle de Drame de Marcel Carné, et apprécier le délicieux dialogue, conçu par Prévert, entre Michel Simon, en Irwin Molyneux, et son cousin Louis Jouvet en révérend Soper rongé par des suspicions irrationnelles.

- Mais je vous assure mon cher cousin vous avez dit bizarre, bizarre !

- Moi j’ai dit bizarre, comme c’est étrange ?

Faruk GÜNALTAY
Directeur Programmateur pour l’équipe de l’Odyssée
en "rab" jusqu'au 31 Décembre.

(avec l’aimable autorisation de Sir Conan Doyle, Marcel Carné et Jacques Prévert)


ARCHIVES

Consultez la bibliothèque
cinématographique de l'Odyssée

Plus de80 000

références

L'Odyssée
en quelques mots

  • L'Odyssée à Strasbourg, c'est :
  • Le cinéma de la diversité
    culturelle
  • Le carrefour des cinémas
    d'Europe
  • La Maison des cinémas
    du monde
  • L'aventure de la découverte
    et de la mémoire du 7e art
  • Le partenariat avec de
    nombreuses associations
    pour de multiples débats
    citoyens
  • L'Odyssée une certaine
    passion du cinéma,
  • La passion du cinéma
    autrement !

Réseaux sociaux

Ajoutez-nous à votre liste d'amis !
Dernière mise à jour : 14.05.2013 | Prochaine mise à jour : 04.06.2013 | Contact : Odyssée
Développement technique : Sprauel David & Briffaux Pierre | Webdesign & intégration : Vauthelin Larissa